:: Dominique Bourdin :: Holo-Thérapeute
Wednesday 19 September 2018

Dimensions vibratoires

  

"Je m’appelle Lucile. Avant de commencer l’aventure que je vous raconte ici, j’étais une parcelle de conscience immergée dans un océan d’Amour. Un jour, je ressentis comme un frémissement d’envie de curiosité d’aller expérimenter ce que j ‘étais dans le concret de la matière. Je me suis informée : c’était possible sur un îlot perdu dans un coin de l’univers, la terre. Pour y aller, il fallait prendre le tobbogan de lumière afin que toutes les couleurs de l’arc-en-ciel me permette de structurer un corps Et je me suis lançé du haut de ce toboggan.

Dés le début, une petite voix m’expliquait à quoi correspondait chaque couleur. Pour chacune, je percevais comme une image d’une partie d’un corps.
Tout en haut, je me suis chargée de violet, pour garder la reliance avec mon océan d’Amour. Puis j’ai traversé du bleu nuit, qui me construisait une esquisse de cerveau pour intégrer toutes les expériences que j’allais vivre. Ensuite est venu le bleu indigo, pour me donner des organes des sens et pouvoir vivre plein d’expériences pour développer ma connaissance. Puis j’ai glissé vers du bleu ciel, et j’ai perçu la mise en place d’organes pour m’exprimer. De là, je suis descendue vers le turquoise et le vert, pour structurer un cœur et des poumons afin d’aller à la rencontre »s des autres humains. Puis j’ai glissé vers du jaune et du citron, histoire de construire des organes pour digérer les événements de cette grande aventure de la vie. Puis je suis descendue dans du orange et j’ai ressenti une grande envie de jouer, de rire, de chanter, de faire la fête, de jouir, avec une sensation d’organe en bas du corps pour cela…. Riche de toutes ces couleurs, j’ai glissé dans le rouge du ventre de ma mère où je sentais pouvoir trouver la sécurité d’un milieu familial et culturel équilibré. Et là, j’ai réellement pris corps dans une couleur écarlate.
Maintenant, je suis en plein dans l’aventure. Je vis une multitude d’expériences fort intéressantes. Certaines sont fabuleuses, très agréables » ; d’autres sont plus difficiles, mais toujours très riches quand je prends le temps du recul.
Certaines fois, je suis fatiguées, blessée ; mon corps me fait souffrir. Alors, je me rappelle le toboggan des couleurs et j’ai compris que les couleurs pouvaient m’aider à me reconstruire. Un couleur que j’aime correspond à un besoin dans l’énergie qu’elle représente et qui m’a construite. Je la porte, je la regarde et cela me fait du bien. Une couleur que je n’aime pas me montre un excès, un trop plein, un blocage ou une blessure. Je me fais aider par sa complémentaire. Et cela m’indique des changement à effectuer dans mes comportements.
Quand je suis bien, j’aime toutes le s couleurs.
Et puis, j’ai rencontré des gens qui savent bien utiliser les couleurs pour soigner tous mes maux, petits et grands. Ils ont créé du matériel très sophistiqué, avec ordinateur et projecteurs. Je les ai vus réaliser des choses étonnantes sur quantité de problèmes, même des cancers, et même la repousse de cheveux. Je les sens tout émerveillés de ce que les couleurs leur permettent de faire. Moi, je comprends un peu puisque je me souviens du toboggan….
Même, ils m’ont appris : on peut faire des équilibrages avec les  couleurs de façon très simple, en utilisant les propriétés de notre structure subtile. (Les orientaux l’appellent l’aura). Tout le monde peut apprendre à sentir les enveloppe s de l’aura et y envoyer de s couleurs très précisément en fonction des  personnes1. J’ai essayé (et ça marche. On devrait enseigner cela à l’école. C’est drôle de voir des personne de tous âges découvrir avec l’émerveillement des enfants ce qu’ils sont capables de faire. Et cela permet aux uns de faire du bien aux autres, les parents sur le s enfants, les amis sur les  amis….
Ils ont même créé un jeu de cartes avec les sept couleurs de l’arc-en-ciel. Ils l’appellent « la traversée des couleurs ». On peut jouer avec comme au jeu des familles. Curieusement, la personne qui gagne une famille se sent concernée par la symbolique de la couleur en question… On peut aussi tirer une carte en se posant une question, ou juste pour attirer son attention sur un aspect de la vie. Et ils utilisent ce jeu pour apprendre aux gens à s’occuper de leurs besoins fondamentaux : les couleurs sont un guide magique pour cela.
Quelquefois, des personnes   viennent passer quelques jours chez eux. Certains sont assez malades, d’autres ont juste envie de retrouver leur équilibre et leur capacité d’autorégulation. Alors, ils utilisent leur matériel pour les couleurs, mais aussi d’autres outils comme la musique, les massages (j’ai vue : un massages sous une douche de couleurs, c’est merveilleux !), des irrigations coloniques (les couleurs aident à remplacer les matières éliminées par de la lumière…) On voit leurs visages  qui changent en quelques jours ; ils deviennent p lus lumineux et souvent ils disent qu’ils ont envie d’aimer2. Moi, j’ai compris, puisqu’ils viennent comme moi de cet océan d’Amour : ils avaient juste oublié. Quand un humain est humain, il a forcément envie d’aimer. Les couleurs peuvent le remettre sur cette voie.
Cette aventure est tellement belle avec ses joies et ses peines que lorsque je l’aurai terminée, je raconterai à mes amis de l’océan. Ils auront aussi envie d’essayer. Et moi, je crois que je recommencerai d’une autre façon, pour enrichir mon expérience et celle de toutes mes copines.
Car c’est aussi cela, vivre l’aventure de la vie. On y descend riche de nous même, des copines et de tout l’univers et on remonte enrichis de nouvelles expériences qui vont nourrir les copines et tout l’univers."


Voilà l’histoire de Lucile : elle est inventée, bien-sûr, même si c’est le nom de ma fille. Pourtant, vingt ans de recherches et d’expériences en thérapie par les couleurs et de réflexions sur l’être humain me donnent envie de la raconter comme cela ; la magie des couleurs et la magie de la vie s’entrecroisent en permanence. Les couleurs sont de merveilleux outils thérapeutiques dont on commence seulement à entrevoir l’infini potentiel et elles sont un excellent guide sur notre chemin d’évolution. Et qui plus est, elles sont d’utilisation facile…

 

 

Ces dernières années ont vues l’attention portée sur deux domaines importants : le développement de l’intuition et le rôle de l’énergie sur le vivant.

La technique des ECIS s’intéresse depuis près de vingt ans à ces deux domaines en apportant une contribution très efficace ; elles sont d’un apprentissage aisé et rapide.

L’être humain, comme toute réalité de notre monde, est intégré dans une structure subtile que les orientaux appellent l’aura. Cette structure subtile est complexe. Mais on peut en extraire trois enveloppes qui sont comme des bulles d’une substance qui s’apparente à de la lumière visible ou perceptible à condition d’en avoir le don ou d’apprendre.
La première de ces enveloppes correspond au physique, la deuxième à l’affectif et la troisième au mental.
Les propriétés que nous allons leur décrire s’appliquent aux trois enveloppes.

Comment les perçoit-on ?
La personne qui me les a faites découvrir , Véronique, les voyait aussi clairement que nous nous voyons physiquement les uns et les autres. J’ai ainsi pu avancer à grands pas en comparant ce que je sentais avec ce qu’elle décrivait. Notons que de plus en plus de jeunes ont ce genre de perceptions. Si nous les respectons, ils peuvent nous faire profiter de ces dons.
La façon la plus répandue de les percevoir, c’est de les sentir avec la main : Quand on approche la main d’une enveloppe, on ressent comme du coton, du chaud, du froid, un courant d’air….cela dépend de la personne qui teste.
On peut également les percevoir grâce à la modification du pouls qui manifeste une sorte de rebond quand la main traverse l’enveloppe.
Certaines personnes les entendent comme des sons allant des graves vers les aigus quand on va du bas vers le haut et quand on s’éloigne du corps.
Il s’agit donc d’une structure vibratoire perceptible par les organes des sens que nous utilisons le plus. Peut-être certains peuvent en percevoir les odeurs ou les goûter….

Ces enveloppes ont des propriétés remarquables : elles sont conscientes, intelligentes et sensibles, d’où leur nom : ECIS.
Cela veut dire qu’elles sont capables d’appréhender la réalité immédiatement, sans passer par l’analyse ni la verbalisation, elles sont capables de transmettre ces informations.

Expliquons-nous :
Si j’approche un produit d’une enveloppe, si le produit est bon pour la personne, l’enveloppe s’élargit en regard de l’endroit où je présente le produit ; si le produit n’est pas bon pour la personne, l’enveloppe se rétracte ; Et elle s’élargit ou se rétracte d’autant plus que l’impact du produit sur la personne est important.

De ces propriétés, nous tirons quatre applications très concrètes : le choix d’un régime alimentaire, le choix d’un remède, l’étude de l’harmonie entre des personnes et l’étude de la qualité énergétique d’un lieu.

Pour les aliments, il en va comme pour les remèdes, que ceux-ci soient homéopathiques , phytothérapiques, allopathiques ou autres : il suffit d’approcher le produit de l’enveloppe pour que celle-ci s’élargisse ou se rétrécisse selon l’impact potentiel du produit sur la personne. Cela peut se faire également pour les associations alimentaires ou médicamenteuses.
On obtient alors une information qualitative, de bon ou mauvais pour la personne, mais aussi quantitative : si elle se rétrécit beaucoup, le produit sera mal toléré ; si elle s’élargit beaucoup, il fera beaucoup de bien.
Cela simplifie considérablement le choix d’un régime alimentaire ou la prescription de remèdes.
Bien sûr, on voit mal la maîtresse de maison tester sur ses enveloppes les carottes et les poireaux du marché……Nous verrons comment la méthode se simplifie.

Pour la géobiologie, si un lieu n’est pas favorable à l’être humain,, maison, bureau, son enveloppe s’y rétrécit. Si son lit est à une mauvaise place, elle se rétrécit encore plus quand il s’allonge dessus, et encore plus à l’endroit d’un éventuel nœud cosmotellurique pathogène .
Ceci permet de vérifier si le passage d’un professionnel est nécessaire, et de vérifier que son travail a été efficace : après son passage, l’état des enveloppes doit s’être amélioré.

Quant à l’harmonie entre les personnes, on l’étudie en testant la modification des enveloppes en présence les unes des autres. On procède surtout deux par deux : si deux personnes s’entendent bien sur tous les plans, leurs trois enveloppes s’élargissent ; si elles ne s’entendent pas bien, leurs trois enveloppes peuvent se rétrécir ensemble. Et tous les cas de figures sont possibles : l’un a sa première qui s’élargit et la deuxième qui se rétrécit et c’est l’inverse pour l’autre. Entre antagonisme et harmonie, on passe du parasite à toutes les formes de compensations.
Il ne faut pas oublier que cette évaluation est à un instant donné : il faudra toujours étudier le potentiel de la relation.
Cette technique est très précieuse dans les conseils pour les couples ou pour les équipes de travail. Elle a pu être développée grâce à une particularité de ces enveloppes : elles fonctionnent aussi mentalement. Il n’est pas nécessaire de présenter les produits, ni d’être en présence d’une personne pour faire les tests ; il suffit de penser le produit ou la personne et son impact sur le sujet testé….
Il devient ainsi possible de choisir dans un lot de produits dont on dispose celui qui sera le plus intéressant pour la personne. En ayant cette question dans la tête, on passe le doigt ou la main sur l’ensemble des produits dont on dispose et on ressent une information en face du produit recherché. Reste à vérifier qu’il élargit bien l’enveloppe. Sans connaître la composition ni l’action des produits et sans connaître la pathologie de la personne, on peut trouver le produit le mieux adapté. La vérification par les livres et l’interrogatoire permet de vérifier. Grâce aux enveloppes, nous sommes capables de mettre en lien deux réalités en harmonie l’une avec l’autre….

Les enveloppes réagissent au dialogue mental. Mais elles ont aussi une autre caractéristique : elles se perçoivent à distance. Quand on mesure une enveloppe d’une personne, toute personne autour qui se relie au testeur par l’attention peut sentir avec son propre poul, à distance, ce que le testeur perçoit. Tout se passe comme si nos enveloppes nous reliaient les uns aux autres et nous permettaient de communiquer sans contact physique.

Cette observation alliée à la capacité de dialogue mental a permis de développer une forme de dialogue très simplifié avec les enveloppes. La première étape de cette simplification a été de constater la possibilité de perception des enveloppes sur photo et de dialogue avec elles.
Puis, l’expérience nous a montré qu’il suffisait de représenter l’une des enveloppes par deux points sur une feuille, un point fixe correspondant par exemple au nombril, et un point mobile correspondant à l’enveloppe.

Le dialogue peut se faire sur ces deux points écrits comme sur les enveloppes.

Le corps possède des capacités à ressentir de manière subtile ce qui convient à son être. 

Les enveloppes conscientes, intelligentes et sensibles (ou ECIS) ont une autre dénomination: « les auras ». Il s'agit de champs vibratoires perceptibles avec les mains placées comme des antennes, ou avec un doigt posé sur le poignet et diagnostiquant un changement dans le battement du pouls.
Tous les êtres du monde vivant, y compris les minéraux émettent leurs propres vibrations. I
Il est possible, si l'on se met à l'écoute de ce que notre corps peut nous révéler, d'avoir réponse à diverses questions que notre vie nous pose. Par exemple quel aliment nous convient le mieux en l'instant, ou quel bienfait ou désagrément peut-on attendre de la fréquentation de telle personne. C'est ainsi que fonctionnent le pendule, l'antenne de Lescher...
En étant attentif on verra que notre aura, en réponse à la question, va s'élargir ou se restreindre. Et là sera la réponse !
A travers tous les stages et formations que j'ai eu la chance d'encadrer, j'ai pu observer que chacun d'entre nous peut percevoir l'aura. Les enfants y parviennent très facilement et régulièrement, ils décrivent l'aura car elle fait naturellement partie des choses qu'ils voient.
Les personnes qui ont le plus de difficulté à percevoir l'aura sont celles qui exercent une profession intellectuelle ou les étudiants qui travaillent beaucoup. L'utilisation intense du cerveau gauche (partie rationnelle) peut, à un certain degré, rendre difficile la sensibilité du cerveau droit si on ne s'y exerce pas.

C'est pourquoi je conseille fortement aux intellectuels de pratiquer la méditation, une activité artistique... Ils optimisent ainsi tous leurs potentiels.

Qu’est-ce que l’aura ?

Connu depuis des millénaires et bien décrite par les indous, l’aura est la structure subtile, vibratoire, qui entoure toute réalité de notre monde, êtres humains, mais aussi animaux, plantes et minéraux.
J’ai eu la chance de travailler quelques mois avec une personne qui la voyait aussi bien que nous nous voyons physiquement et qui en a fait une représentation simplifiée et schématique.

La mandorle de Véronique

Une colonne de lumière longe la colonne vertébrale, s’enfonce loin dans le sol et monte très haut dans le ciel.
Sur cette colonne viennent se greffer des vortex, grandes vis énergétiques ou tourbillons, les chakras, qui font le lien entre le corps physique et le corps vibratoire.
Trois enveloppes se greffent sur les trois principaux chakras ; la plus interne, reliée au premier chakra dans le bas du corps, correspond au plan physique ; celle du milieu, reliée au cœur correspond au plan psycho-émotionnel, la plus externe, reliée à la tête, correspond au plan mental.
Tout près du corps se trouve une couche translucide, l’éthérique.
Entre celle-ci et la première enveloppe et entre chaque enveloppe s’intercale une sorte de bibendum, les échos, qui relient entre elles les autres structures.
Des rayons de lumière sortent des mains et des doigts.

Tous ces éléments sont en mouvement permanent. Des circuits énergétiques relient entre eux de nombreux points : les méridiens et les points d’acupuncture décrits par les Chinois. Ceci donne un ensemble très complexe.

Comment le voit-on ?

Je dirais plutôt « comment le perçoit-on » .
Certaines personnes, comme Véronique, le voient.
De nombreux enfants aussi. Ma fille nous a surpris en dessinant très jeune ce qu’elle voyait autour des mains.
Vous pouvez vous exercer à le faire. Placez une plante ou une personne devant un mur uni, clair ou sombre, cela dépend de chacun. Placez-vous à trois ou quatre mètres et regardez au niveau de la tête, en traversant la plante ou la personne du regard.
Vous devriez percevoir une densité lumineuse différente à environ 5 cm du corps physique. Puis, entre 50 cm et un mètre, une sensation analogue qui vous rappelle la « mandorle » qui entoure le visage des saints sur les icônes : c’est la première enveloppe.

On peut aussi apprendre à repérer les enveloppes et les chakras par le toucher : la main à plat ressent à leur contact comme du coton, du chaud, du froid, un fourmillement….la sensation est variable selon les individus.

On peut la mettre en évidence par la modification du pouls : quand on traverse une enveloppe ou un chakra, le pouls de la personne, ou celui du testeur, subit un rebond, une modification instantanée.

Certains les entendent : un de mes amis est capable de repérer l’aura et les chakras à l’oreille. Chaque enveloppe a un son, grave près du corps et aigu pour la troisième. Chaque chakra aussi : grave en bas et aigu en haut.
Il repère ainsi les perturbations par des dissonances.

Je suis persuadé qu’il est possible de le sentir : certaines présences invisibles se manifestent par un parfum délicat.

Ainsi, chacun de nos organes des sens serait capable de percevoir cette structure subtile.

Quelles sont les études sérieuses sur le sujet ?
De nombreux ouvrages parlent des chakras et expliquent comment les percevoir et les corriger quand ils ne fonctionnent pas bien. Ils font référence à la tradition indoue.
La spectrographie Kirlian met en évidence autour des extrémités des doigts des mains et des pieds une énergie qui, en interférant avec un champ électromagnétique de haut voltage et de faible intensité, fait une sorte d’auréole bleuté capable d’impressionner une plaque photo ou les cellules d’un appareil numérique.
J’en ai fait moi-même des centaines : ces photos reflètent bien l’état d’une personne.
Sur les salons, on trouve quelquefois un stand sur lequel on propose une photo de l’aura : c’est aussi une photo d’interférence entre l’aura et quelque chose qui n’est pas révélé, traduit avec des couleurs. Faites l’expérience en début et en fin de salon : vous constaterez que les résultats changent. C’est normal, l’aura change tout le temps.
Je ne connais pas d’étude universitaire ou de laboratoire de recherches officiels sur le sujet, les seules considérées comme « scientifiques », ce qui est discutable : les laboratoires sont en général financés par des fabricants de produits chimiques qui n’ont aucun intérêt à investir dans le subtil qui remettrait en cause l’action des médicaments…

A quoi cela sert-il de percevoir l’aura ?

A ouvrir sa perception de la réalité au-delà des apparences immédiates et sortir ainsi d’un matérialisme réductionniste très médiatisé.
C’est aussi rejoindre les grandes traditions millénaires orientales, d’Inde et de Chine et cesser de penser que l’occident a tout inventé…et ainsi enrichir notre conception de l’humain et du sens de la vie.
Mais c’est aussi se donner les moyens de diagnostiques et de traitements remarquablement efficaces.
Les perturbations physiques, émotionnelles et mentales apparaissent dans l’aura avant même de se révéler sur le corps.
Une correction de ces perturbations avec différents outils énergétiques évite ainsi la maladie et contribue à la guérison : soins par les couleurs, les sons, les élixirs, l’homéopathie, l’acupuncture, le magnétisme…

Les trois enveloppes sont une véritable forme de conscience qui permet d’objectiver les perceptions intuitives : un produit bon pour la personne élargit son enveloppe, un produit mauvais la rétrécit.
D’où l’utilisation de leurs propriétés pour testes l’impact d’aliments ou de médicaments sur une personne, mais aussi un animal ou une plante.
Leur perception permet aussi de détecter la qualité vibratoire d’un lieu et de faire de la géobiologie.
Elle permet aussi d’évaluer l’harmonie entre des personnes sur les trois plans : physique, affectif et mental.
Et il n’est nul besoin d’avoir les produits, le lieu ou les personnes « sous la main » pour faire les tests : les enveloppes réagissent au mental et à distance : il suffit de penser pour avoir les mêmes réactions qu’avec les produits…
Les enveloppes sont une forme de conscience avec laquelle on peut dialoguer.

Ceci nous invite à une réflexion sur la réalité et sur le sens de la vie :
Nous sommes autre chose que de la matière.
Notre corps physique est une condensation de notre corps vibratoire.
Comme disait le neurophysiologiste Américain David Bohm, le corps physique est de la lumière condensée : il est à la lumière ce que la glace est à l’eau.

Fort de ces constatations que chacun peut aisément expérimenter en stage, j’ose une réflexion :
Pour moi, nous sommes une parcelle de la conscience universelle qui prend corps pour s’expérimenter dans la matière. Pour se faire, nous nous sommes densifiés en créant les trois enveloppes à partir desquelles nous avons densifié davantage notre corps physique.
Celui-ci est issu du corps vibratoire. Un travail thérapeutique sur le corps vibratoire devient plus efficace qu’un travail sur le corps physique. C’est ce que nous expérimentons au quotidien. Rétablir l’équilibre vibratoire joue sur les vraies ressources et ouvre la porte à toute forme de guérison, quelquefois miraculeuse,
A condition d’agir sur les trois plans : physique, émotionnel et mental.

Comment se déroule un stage ?
Il y a différentes façons d’aborder l’apprentissage de la perception de l’aura.
Elle est simple, accessible à tous. Un enfant de 7 ans intéressé mettra 5 minutes pour s’y mettre, s’il ne le perçoit pas déjà spontanément.
Un adulte intellectuel risque de mettre plus de temps.
Mais en quelques heures de mes stages, chacun est capable de percevoir les enveloppes, de faire des tests avec aliments et médicaments, et de faire des équilibrages énergétiques précis avec les couleurs et les cristaux, puis avec les sons, les élixirs et divers autres moyens.
Cet apprentissage donne de l’autonomie, à la fois dans les choix que nous pouvons faire grâce à l’objectivation de nos perceptions intuitives et dans le domaine de la santé puisqu’on peut se soigner soi-même et ses proches.
C’est si simple que j’ai renoncé à vouloir prouver l’existence des ces enveloppes : l’aventure peut être tentée par chacun ; il suffit de le désirer.
Pourtant, un Suisse, Stéphane Cardinaux, a montré qu’un son issu d’un tube sonore passé dans les enveloppes change. Il l’a enregistré et retrouvé ainsi ce que j’ai décrit plus haut.

Est-ce encore mal vu, perçu comme ésotérique ?
Les personnes « qui n’y croient pas » sont soit des personnes qui ne veulent pas s’y intéresser, soit qui défendent des intérêts particuliers, tant l’apprentissage de la perception en est aisée.
Mais cela remet tant de choses en cause…