:: Dominique Bourdin :: Holo-Thérapeute

Thursday 22 August 2019

Il y a deux grandes façons de considérer la vie et la maladie :

- Nous sommes dans cette vallée de larmes exposés à des souffrances dans un monde hostile contre qui il faut se battre : la maladie fait partie de ces « fatalités ». Luttons contre elle avec les armes de la science et de la technique et nous vaincrons… à condition d’y mettre le prix.
- Ou au contraire : Nous sommes sur cette terre pour être heureux, en bonne santé, rayonnants de bonté et d’amour dans un monde en harmonie. Et tout, autour de nous, peut concourir à notre parfaite réalisation « d’ETRE HUMAIN ».
La maladie est l’expression de ce qui est mal vécu dans le déroulement de cette évolution. Tout se passe comme si, quand nous vivions un événement difficile, le corps l’exprime symboliquement, c’est à dire que l’organe qui souffre donne la signification de ce qui est mal vécu (voir l'article « Ecouter le langage de la douleur ») - insérer le lien
Même les virus et les bactéries peuvent être considérés non comme des agents pathogènes contre lesquels il faut se battre, mais comme des agents de guérison (de transformation), des vecteurs d’information, et notre système immunitaire comme un système de communication et non comme un système de défense : les accidents trouvent presque toujours un sens, quand on se pose la question, dans la vie d’une personne.

Cette conception change radicalement la façon d’aborder la maladie et la santé.

Nous ne sommes pas faits pour être malades ; la maladie nous rend service en nous montrant où nous dévions de notre chemin d’évolution. Elle est l’expression d’un événement mal vécu. Un événement mal vécu, c’est une expérience non vécue comme une leçon d’Etre Humain ; C’est une situation, souvent répétitive, dans laquelle nos besoins fondamentaux n’ont pas été respectés.
Or nous sommes responsables de la satisfaction de nos besoins fondamentaux, en respectant nos désirs, en les confrontant à nos émotions.
J’ajoute que le corps fonctionne comme un hologramme : chaque partie du corps contient l’information de la totalité. Tout se passe comme si chaque organe gardait en mémoire le souvenir des événements mal vécus (non vécus comme des expériences d’être humain, comme des expériences d’Amour) et permettant d’y avoir accès, expliquant ainsi de nombreuses approches thérapeutiques alternatives (auriculothérapie, holopsonie, iridologie, acupuncture, massage…).
La notion d’hologramme donne un sens à notre vie : nous serions nous-même un hologramme de l’univers, image du divin sur la terre, incarnation d’Amour. Le sens de notre vie est dans la responsabilité de réaliser à la perfection cet hologramme de l’univers. Nous sommes faits pour AIMER et si nous ne respectons pas cela, nous tombons malades, individuellement et collectivement.
C’est une autre croyance que celle de la fatalité et celle-ci rend heureux… et la joie, c’est contagieux !

J'ai eu la chance, avec mon équipe, d'accompagner de nombreuses personnes souffrant de pathologies diverses. En les aidant, chacune, à considérer leur vie comme une expérience où il est possible de réparer le manque d'amour et d'écouter les leçons proposées par la maladie, nous avons assisté à des guérisons aussi spectaculaires, diverses que joyeuses. La vie de ces personnes a pris une autre saveur, elle a pu se poursuivre avec davantage de plaisir, de conscience et d'amour... Une de nos belles expériences a été d'accompagner une personne arrivée à un stade avancé de la maladie, dont l'espoir était de « mourir guérie » ; c'est à dire dans l'amour, sans rancoeur et en paix. Et, selon son propre témoignage, elle y est parvenue. Il n'est jamais trop tard...

Découvrez le concept de cures de Dominique Bourdin