Ces dernières années ont vues l’attention portée sur deux domaines importants : le développement de l’intuition et le rôle de l’énergie sur le vivant.

La technique des ECIS s’intéresse depuis près de vingt ans à ces deux domaines en apportant une contribution très efficace ; elles sont d’un apprentissage aisé et rapide.

L’être humain, comme toute réalité de notre monde, est intégré dans une structure subtile que les orientaux appellent l’aura. Cette structure subtile est complexe. Mais on peut en extraire trois enveloppes qui sont comme des bulles d’une substance qui s’apparente à de la lumière visible ou perceptible à condition d’en avoir le don ou d’apprendre.
La première de ces enveloppes correspond au physique, la deuxième à l’affectif et la troisième au mental.
Les propriétés que nous allons leur décrire s’appliquent aux trois enveloppes.

Comment les perçoit-on ?
La personne qui me les a faites découvrir , Véronique, les voyait aussi clairement que nous nous voyons physiquement les uns et les autres. J’ai ainsi pu avancer à grands pas en comparant ce que je sentais avec ce qu’elle décrivait. Notons que de plus en plus de jeunes ont ce genre de perceptions. Si nous les respectons, ils peuvent nous faire profiter de ces dons.
La façon la plus répandue de les percevoir, c’est de les sentir avec la main : Quand on approche la main d’une enveloppe, on ressent comme du coton, du chaud, du froid, un courant d’air….cela dépend de la personne qui teste.
On peut également les percevoir grâce à la modification du pouls qui manifeste une sorte de rebond quand la main traverse l’enveloppe.
Certaines personnes les entendent comme des sons allant des graves vers les aigus quand on va du bas vers le haut et quand on s’éloigne du corps.
Il s’agit donc d’une structure vibratoire perceptible par les organes des sens que nous utilisons le plus. Peut-être certains peuvent en percevoir les odeurs ou les goûter….

Ces enveloppes ont des propriétés remarquables : elles sont conscientes, intelligentes et sensibles, d’où leur nom : ECIS.
Cela veut dire qu’elles sont capables d’appréhender la réalité immédiatement, sans passer par l’analyse ni la verbalisation, elles sont capables de transmettre ces informations.

Expliquons-nous :
Si j’approche un produit d’une enveloppe, si le produit est bon pour la personne, l’enveloppe s’élargit en regard de l’endroit où je présente le produit ; si le produit n’est pas bon pour la personne, l’enveloppe se rétracte ; Et elle s’élargit ou se rétracte d’autant plus que l’impact du produit sur la personne est important.

De ces propriétés, nous tirons quatre applications très concrètes : le choix d’un régime alimentaire, le choix d’un remède, l’étude de l’harmonie entre des personnes et l’étude de la qualité énergétique d’un lieu.

Pour les aliments, il en va comme pour les remèdes, que ceux-ci soient homéopathiques , phytothérapiques, allopathiques ou autres : il suffit d’approcher le produit de l’enveloppe pour que celle-ci s’élargisse ou se rétrécisse selon l’impact potentiel du produit sur la personne. Cela peut se faire également pour les associations alimentaires ou médicamenteuses.
On obtient alors une information qualitative, de bon ou mauvais pour la personne, mais aussi quantitative : si elle se rétrécit beaucoup, le produit sera mal toléré ; si elle s’élargit beaucoup, il fera beaucoup de bien.
Cela simplifie considérablement le choix d’un régime alimentaire ou la prescription de remèdes.
Bien sûr, on voit mal la maîtresse de maison tester sur ses enveloppes les carottes et les poireaux du marché……Nous verrons comment la méthode se simplifie.

Pour la géobiologie, si un lieu n’est pas favorable à l’être humain,, maison, bureau, son enveloppe s’y rétrécit. Si son lit est à une mauvaise place, elle se rétrécit encore plus quand il s’allonge dessus, et encore plus à l’endroit d’un éventuel nœud cosmotellurique pathogène .
Ceci permet de vérifier si le passage d’un professionnel est nécessaire, et de vérifier que son travail a été efficace : après son passage, l’état des enveloppes doit s’être amélioré.

Quant à l’harmonie entre les personnes, on l’étudie en testant la modification des enveloppes en présence les unes des autres. On procède surtout deux par deux : si deux personnes s’entendent bien sur tous les plans, leurs trois enveloppes s’élargissent ; si elles ne s’entendent pas bien, leurs trois enveloppes peuvent se rétrécir ensemble. Et tous les cas de figures sont possibles : l’un a sa première qui s’élargit et la deuxième qui se rétrécit et c’est l’inverse pour l’autre. Entre antagonisme et harmonie, on passe du parasite à toutes les formes de compensations.
Il ne faut pas oublier que cette évaluation est à un instant donné : il faudra toujours étudier le potentiel de la relation.
Cette technique est très précieuse dans les conseils pour les couples ou pour les équipes de travail. Elle a pu être développée grâce à une particularité de ces enveloppes : elles fonctionnent aussi mentalement. Il n’est pas nécessaire de présenter les produits, ni d’être en présence d’une personne pour faire les tests ; il suffit de penser le produit ou la personne et son impact sur le sujet testé….
Il devient ainsi possible de choisir dans un lot de produits dont on dispose celui qui sera le plus intéressant pour la personne. En ayant cette question dans la tête, on passe le doigt ou la main sur l’ensemble des produits dont on dispose et on ressent une information en face du produit recherché. Reste à vérifier qu’il élargit bien l’enveloppe. Sans connaître la composition ni l’action des produits et sans connaître la pathologie de la personne, on peut trouver le produit le mieux adapté. La vérification par les livres et l’interrogatoire permet de vérifier. Grâce aux enveloppes, nous sommes capables de mettre en lien deux réalités en harmonie l’une avec l’autre….

Les enveloppes réagissent au dialogue mental. Mais elles ont aussi une autre caractéristique : elles se perçoivent à distance. Quand on mesure une enveloppe d’une personne, toute personne autour qui se relie au testeur par l’attention peut sentir avec son propre poul, à distance, ce que le testeur perçoit. Tout se passe comme si nos enveloppes nous reliaient les uns aux autres et nous permettaient de communiquer sans contact physique.

Cette observation alliée à la capacité de dialogue mental a permis de développer une forme de dialogue très simplifié avec les enveloppes. La première étape de cette simplification a été de constater la possibilité de perception des enveloppes sur photo et de dialogue avec elles.
Puis, l’expérience nous a montré qu’il suffisait de représenter l’une des enveloppes par deux points sur une feuille, un point fixe correspondant par exemple au nombril, et un point mobile correspondant à l’enveloppe.

Le dialogue peut se faire sur ces deux points écrits comme sur les enveloppes.